Anthrow Circus

View From a Pandemic: Togo’s Informal Laborers’ Hope for Survival

Reine, a high school freshman, sells masks at an intersection in the Sagbado neighborhood of Lomé in June. / Reine, une jeune fille en classe de 3eme, vend des masques à un carrefour au quartier Sagbado à Lomé en juin. 

PHOTOS AND TEXT BY/PHOTOGRAPHIES ET TEXTE PAR ADODO JOHNSON
FRENCH PROOFREADING BY/RELECTURE FRANÇAISE PAR CAROLINE BERNARD-GILBERT
ENGLISH TRANSLATION BY/TRADUCTION ANGLAISE PAR KAMI L. RICE

[Article en français ci-dessous.]

The details in this story were current as of the beginning of July. The situation has evolved since then, of course. Here we offer a snapshot view, a frozen moment, showing how the pandemic was playing out in Togo at that time.

While the horns of two taxis blare, further noise rattles the Lomé intersection of Sagbado. “Olé yia, Olé yia?” (“Do you need a ride?”) cry out the drivers of motorcycle-taxis as they rush toward the car taxis that have just stopped in front of the Sanol gas station. The motorcycle drivers hope to attract the attention of passengers exiting the larger taxis and gain another fare by taking them to the passengers’ final destination. The scene is nothing new. It takes place over and over again all day long, from the rising to the setting of the sun.

However, for the past few months, since the beginning of the COVID-19 crisis and especially since the government decreed a curfew and state of emergency, a new group of venders has joined the motorcycle-taxis at this intersection.

A group of young children, quieter but no less persistent and insistent, accompanied by a young mother, has stormed the intersection and taken up company with the motorcycle-taxi drivers. In their hands are sanitary masks, and each time a car taxi arrives to depose its passengers, it’s not only the motorcycle drivers who harangue the riders exiting the cars, but also this new group of mask sellers.

“I’m a mother … taking care of five children on my own. I’m trained as a seamstress, but clients who were already sparse, because there are several seamstresses in my neighborhood, have become very rare since the beginning of the crisis and state of emergency decreed by the government. I had to close my shop and start selling masks,” says Ama. She further explains that her husband’s motorcycle-taxi broke down before the pandemic, leaving him jobless. This mother, hit head-on by the economic crisis created by the coronavirus pandemic, had to reinvent herself in order to survive, dragging her 12-year-old son with her to Sagbado each morning.

Her situation is not an isolated one. According to the report “ILO Monitor: COVID-19 and the World of Work (Third Edition)” from the International Labour Organization, “Among the most vulnerable in the labour market, almost 1.6 billion informal economy workers are significantly impacted by lockdown measures and/or working in the hardest-hit sectors.”

According to this same report, it’s estimated that during the first month of the crisis, the world’s informal laborers lost 60% of their income. In the lowest income countries, like Togo, and lower-middle income countries, this drop in income is estimated to be 82%. When looking at the world by region, it’s Africa and Latin America that are expected to see the biggest revenue drop for informal laborers, estimated at 81%.

As a result, most of the people who have lost their employment and/or who live hand-to-mouth each day have had to rapidly reinvent themselves in order to avoid starvation.

This new market for sanitary masks developed quickly once wearing masks was identified as one of the effective measures of protection against COVID-19 and declared mandatory for everyone. Throughout the day along all the principal arteries of Lomé, the Togolese capital, children, young people, and adults try to sell these masks to whoever needs them, hoping to earn enough to eat and survive the economic crisis created by the restrictions put in place to slow the progression of COVID-19.

“At the beginning of the crisis my son and I managed to sell approximately 50-some masks each day. For each mask sold, we earned 50 F CFA [West African CFA francs] of profit. This gave me around 2,500 F CFA of profit each day [around 3.75 euros/$4.25],” explains Ama.

But this sum doesn’t account for transportation costs. Ama and her son live approximately 5 kilometers from where they sell the masks. Each day they walk about 2 kilometers before catching a motorcycle-taxi that brings them the rest of the way for 250 F CFA. Thus, every day they have to spend at least 500 F CFA for their transportation.

But due to the explosion in the number of vendors at this location as the crisis has been prolonged, Ama and her son are now managing to sell only around 30-some masks per day. This means that after an entire day of frantic running to be the first to reach prospective customers, they earn 1,500 F CFA (around 2.25 euros/$2.55) and return home with only 1,000 F CFA (around 1.50 euros/$1.70) left for feeding the whole family.

The Togolese government launched Novissi, a program of cash transfers aiming to support all eligible Togolese citizens who lost their revenue due to the implementation of measures for combatting coronavirus. The program aims to supply the most vulnerable individuals and families with monthly financial support for the duration of the state of emergency. By the beginning of July, roughly 1,382,230 people were registered and 567,002 were benefiting, according to the program’s website.

But Ama, like thousands of other Togolese, unfortunately didn’t have the luck of being numbered among these beneficiaries.

As the saying goes, “Each day has enough trouble of its own.” While awaiting better days, millions of people in the world must, like Ama, face down this pandemic. To the economic impact is added the element at the center of this crisis: health and sanitation issues. Each day that Ama and her son leave home to go to Sagbado intersection, they face the risk of being infected by the coronavirus, especially since they have no way to wash their hands during the day.

In Togo, the first case of COVID-19 was registered on March 6. On July 3 the country had counted 671 positive cases since the beginning of the pandemic, of which 14 people had died, 423 people were considered healed, and 233 cases were still active, according to official numbers. The pandemic has now affected all regions of the country, but cases remain concentrated in the capital and its outskirts.

“I am afraid every day, but if I stay home, no one will come help me, and we will die of hunger anyway,” confides Ama, before adding that she hopes soon to no longer need to take the risk of braving the virus with her son. “On credit I started buying some charcoal that my other children, the ones who stay at home, sell for a few cents more. I really hope that I can slowly save up to buy a whole sack of charcoal and start to make this my primary business,” she declares with a ray of hope in her eyes.

Ama’s story isn’t isolated. It’s the daily experience of millions of people who fight to survive the coronavirus by earning just enough each day to eat and scrape by long enough to see this pandemic finally end.

A dose of courage, of inventiveness, and especially hope: aren’t these what we all need the most in the face of this pandemic?

A young mask vendor finds a spot on her own at a Sagbado intersection and watches for arriving taxis full of passengers, hoping for possible sales. / Une jeune vendeuse de masques s’est trouvé une place toute seule à un carrefour au quartier Sagbado. Elle guette l’arrivée des taxis chargés de passagers, en espérant de possibles ventes.

Handwashing stations at a house encourage handwashing for everyone entering the house. / Des seaux montés de robinets dans une maison invitent tous les visiteurs à se laver les mains avant d’arriver dans la cour principale.

Despite nightfall at this Sagbado intersection, Shimena continues selling face masks. / Malgré que la nuit est tombée, Shimena continue de guetter l’arrivée des taxis chargés de passagers, ses masques en mains à ce carrefour au quartier Sagbado.

Two children with their mother at her roadside fruit shop in June, as schools were closed because of COVID-19. / Une maman et ses enfants, pour qui les écoles étaient fermées en juin, devant leur apatam de fruits espèrent avoir des clients.

As an unavoidable safety precaution, all the big stores, like this supermarket in Lomé on the N2 national highway, check the temperature of customers before they enter. / Devenu un geste barrière incontournable, tous les grands magasins ont pris des dispositions pour la prise de température des clients avant leur entrée, comme à ce supermarché sur la route nationale N2.


Les détails de cette histoire étaient à jour quand cet article a été écrit au début du mois de juillet. La situation a évidemment évolué depuis. Cet article est donc davantage un cliché d’un moment précis au Togo pendant cette pandémie qu’un reportage sur l’actualité immédiate.

L’espoir de survivre au Covid-19

Alors que les coups de klaxons de deux taxis retentissent, un brouhaha secoue le carrefour loméen de Sagbado : on entend les cris « Olé yia, Olé yia ? » (« Veux-tu y aller ? ») des conducteurs de taxis-motos qui se ruent sur les deux taxis (taxis-voitures) qui viennent de s’arrêter devant la station d’essence Sanol. Chacun cherche à attirer l’attention des passagers sortant de ces voitures pour obtenir l’accord de les mener en moto jusqu’à leur destination finale. Rien de surprenant. Cela se produit plusieurs fois par jour, du lever jusqu’au coucher du soleil.

Cependant, depuis quelques mois, autrement dit depuis le début de la crise du Covid-19 et en particulier depuis que le gouvernement a décrété le couvre-feu et l’état d’urgence, un nouveau groupe de vendeurs s’est joint au groupe des taxis-motos de ce carrefour.

Un groupe de jeunes enfants, plus silencieux mais non moins persistant et insistant, accompagnés d’une jeune maman, a pris d’assaut le carrefour et tient désormais compagnie aux conducteurs de taxis-motos, masques de protection en main. Ainsi à l’arrivée de chaque taxi (voiture), ce ne sont plus seulement les conducteurs de taxi-moto qui haranguent les passagers, mais aussi ce nouveau groupe qui vendent ces masques.

« Je suis une mère … avec à ma seule charge cinq enfants. Je suis couturière de formation mais les clients qui étaient déjà rares, parce que nous sommes plusieurs couturières dans mon quartier, sont devenus très rares depuis le début de la crise et l’état d’urgence décrété par le gouvernement. J’ai dû fermer mon atelier pour me mettre à vendre des masques », raconte Ama. Elle explique que le moto-taxi de son mari est tombée en panne avant la pandémie, le rendant ainsi sans emploi. Cette mère, frappée de plein fouet par la crise économique qu’a engendrée le coronavirus, a dû se réinventer pour survivre, entraînant avec elle chaque matin son jeune fils de 12 ans.

Son cas n’est cependant pas isolé. Comme Ama et selon le rapport de l’Observatoire de l’OIT: le COVID-19 et le monde du travail. Troisième édition, « Figurant parmi les plus vulnérables sur le marché du travail, près de 1,6 milliard de travailleurs de l’économie informelle sont considérablement affectés par les mesures de confinement et/ou travaillent dans les secteurs les plus touchés. »

Toujours selon ce rapport, on estime qu’à l’issue du premier mois de crise, les travailleurs informels dans le monde entier avaient perdu 60% de leurs revenus. Dans les pays à faible revenu, comme le Togo, et les pays à revenu intermédiaire, cette baisse de revenu est évaluée à 82%. De toutes les régions du monde, c’est en Afrique et l’Amérique latine qui devraient accuser la baisse de revenu la plus spectaculaire : jusqu’à 81 %.

Il a donc fallu que la plupart des personnes ayant perdu leur emploi et/ou qui vivent au jour le jour se réinventent rapidement pour ne pas mourir de faim.

Ce nouveau commerce de vente de masques de protection s’est rapidement développé depuis que le port de masque a été identifié comme l’un des moyens de protection efficaces contre le Covid-19 et déclaré obligatoire pour tous. Sur toutes les artères principales des routes de Lomé, la capitale togolaise, à longueur de journée, des enfants, des jeunes et des adultes s’efforcent de vendre ces masques à qui en a besoin, pour gagner de quoi manger ou de quoi survivre face à la crise économique provoquée par les restrictions mises en vigueur pour freiner la progression du Covid-19.

« Au début de la crise mon fils et moi arrivions à vendre jusqu’à environ une cinquantaine de masques chaque jour. Sur chaque masque vendu, nous avons 50 F CFA de bénéfice. Ce qui me faisait environ 2.500 F CFA de gain chaque jour [soit environ 3,75 euros ou US$4,25] », raconte Ama.

Mais cette somme n’inclut pas les frais de déplacement. En effet Ama et son fils habitent à environ 5 kilomètres de leur point de vente. Chaque jour ils doivent marcher environ 2 kilomètres avant de prendre un taxi-moto qui les emmène tous les deux pour 250 F CFA. Ainsi chaque jour, ils doivent dépenser au moins 500 F CFA pour leur transport.

Or, en raison de l’explosion du nombre de vendeurs à ce point de vente pendant la prolongation de la crise, ils n’arrivent maintenant à vendre qu’environ une trentaine de masques par jour. Donc après une journée entière de courses effrénées pour aborder en premier les clients, cette mère qui gagne ainsi 1.500 F CFA (environ 2,25 euros ou US$2,55) rentre à la maison avec uniquement 1.000 F CFA (environ 1,50 euros ou US$1,70) pour nourrir sa famille.

Le gouvernement togolais avait lancé « Novissi »  un programme de transferts monétaires visant à soutenir tout citoyen togolais éligible ayant perdu son revenu en raison de l’adoption des mesures de riposte contre le coronavirus. Le programme visait à fournir aux personnes et familles les plus vulnérables des soutiens financiers mensuels tout au long de l’état d’urgence. Près de 1 382 233 personnes étaient inscrites et 567002 ont pu en bénéficier, selon les informations officielles au début du mois de juillet. Pendant toute la durée de l’état d’urgence, les bénéficiaires auraient reçu une subvention mensuelle de 12.250 F CFA (environ 18,38 euros et US$20,83) pour les femmes et 10.500 F CFA (environ 15,75 euros et US$17,85) pour les hommes.

Ama, comme des milliers d’autres togolais, n’a malheureusement pas eu la chance d’être retenue parmi ces bénéficiaires.

Comme dirait la maxime, « A chaque jour suffit sa peine ». En attendant des jours meilleurs ce sont des millions de personnes dans le monde qui doivent faire face, comme Ama, à cette pandémie. À l’impact économique s’ajoute l’essence même de cette crise : le sanitaire. Chaque jour où Ama et son fils sortent de chez eux pour se rendre sur le carrefour de Sagbado, en périphérie de Lomé, ils se confrontent au risque d’être infectés par le coronavirus, sans oublier qu’ils ne disposent d’aucun moyen pour se laver les mains de la journée.

Au Togo, le premier cas positif a été enregistré le 6 mars. Au 3 juillet, le pays comptait depuis le début de cette pandémie 671 cas positifs enregistrés, dont 14 décès, 424 personnes guéries et 233 cas toujours actifs, d’après les informations officielles. La pandémie affecte aujourd’hui toutes les régions du pays mais majoritairement la capitale et sa périphérie.

« J’ai peur chaque jour mais si je reste à la maison, personne ne viendra m’aider et nous mourrons de faim tout autant » confie Ama, avant d’ajouter qu’elle espère bientôt ne plus avoir à prendre le risque de braver le virus avec son garçon. « J’ai commencé à acheter à crédit du charbon de bois que mes autres enfants, restés à la maison, vendent pour quelques sous additionnels. J’espère surtout que je pourrai lentement économiser pour acheter un sac entier et commencer réellement à en faire mon commerce principal », déclare-t-elle avec une lueur d’espoir dans les yeux.

L’histoire d’Ama n’est pas isolée : c’est le vécu quotidien de millions de personnes qui, chaque jour, luttent et tente de survivre au coronavirus pour gagner de quoi manger et subsister assez longtemps pour voir disparaître cette pandémie.

Une dose de courage, d’inventivité et surtout d’espoir, n’est-ce pas ce dont nous avons le plus besoin face à cette pandémie ?


Author profile
Adodo Johnson

Adodo “Jerry” Johnson wears many hats. A sociologist by training, he has accumulated years of work in child and youth holistic development, and in project and change management with key nonprofit organizations. Passionate about journalism and documentary films, Adodo worked with Jody Hassett Sanchez in the production of SOLD: Fighting the New Global Slave Trade, a documentary on child slavery, and was part of the first cohort of African journalists enrolled in the Africa Film Project by the Media Project organization. Besides his formal professional engagements, he is a freelance photojournalist and the lead photographer for the Association Espoir Nouveau, which helps vulnerable children by equipping them to thrive in life. He leads the African Child Photo and Film project, an initiative for equipping vulnerable children with photography and journalism skills in Togo.  

Author profile
Caroline Bernard-Gilbert

Carriériste, ambitieuse et passionnée, Caroline Bernard-Gilbert traduit des articles de l’anglais vers le français. Trilingue français, anglais et espagnol, elle s’intéresse depuis peu au russe. Titulaire d’un BAC + 2 en sciences, elle est spécialisée en traduction scientifique. Elle prépare désormais son entrée en Master de langues au Royaume-Unis. Elle passe la majorité de son temps à étudier, lire et traduire pour des associations qui lèvent le voile sur les inégalités et les violences raciales. Elle met un poing d’honneur à allier travail et éthique.

A career-oriented, ambitious, and enthusiastic person, Caroline Bernard-Gilbert translates from English to French. She is trilingual in French, English, and Spanish, and she has recently become interested in Russian. Given that she has a French post-secondary diploma in biology and biotechnology, she is specialized in scientific translation. She is currently preparing her application for earning a master’s degree in the U.K. in interpreting. Caroline spends most of her time studying, reading, and translating for organizations politically engaged in unveiling racial inequality and violence. For her, it is a point of honor to combine work and ethics.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *